Le chant des Corbeaux

 

Dieu est grand.

Tellement grand que personne ne l’a jamais vu. 200 000 ans quand même. Et rien. En tout cas, j’ai beau lever les yeux je n’aperçois que l’infinité du ciel, son immensité. Si je redescends sur terre, alors là je vois. Je vois ce que l’Homme a fait de cette planète, je vois ce qu’il est capable de faire, jusqu’où il peut aller. En fait non je ne sais pas. Je ne sais pas où sont ses limites . L’Histoire se répète et ne se ressemble pas…. de nouvelles formes d’horreur s’épanouissent… L’inventivité humaine.

Aujourd’hui, encore, je m’émeus devant la tragédie des attentats de Bruxelles. D A E S H. 5 lettres gravées dans le sang dans l’histoire de l’humanité. Qu’écrira-t-on dans les livres d’histoire? Cette nouvelle croisade des temps modernes caractérise donc notre époque ?

Comme une tâche d’huile, une coulée de lave invisible, une vague de haine s’est doucement propagée sous nos pieds, aujourd’hui l’écume fait surface. A chaque ère historique ses ténèbres. A chaque fois la stupeur devant la ténacité, l’arrivisme et l’opportunisme des idéaux humains. Génocides, dictatures, épurations ethniques, croisades, esclavages…L’histoire se répète. Depuis les sacrifices Mayas au massacre des indiens d’Amérique en passant par le colonialisme, les khmers rouges, jusqu’à Hiroshima etc. autant de parts d’ombre de l’Histoire. Et comme toujours le syndrome post-cataclysme sévit : plus jamais ça. Tel un phénix, l’Homme vertueux renaît de ses cendres lavé de ses instincts primaires. La folie d’Hitler et de son projet macabre nous paraissent impossible à retranscrire aujourd’hui. L’Homme a cette faculté de se croire invincible, de se croire à l’abri.

« Non, aujourd’hui nous sommes trop civilisés ! » « Quand même nous sommes en démocratie » « C’est le pays des Droits de l’Homme »

Chérif et Said Kouachi sont des enfants de la République. Tout comme Amedy Coulibaly et la plupart des terroristes du 13 novembre.

Comment la France a pu créer de tels monstres ?!

Salah Abdeslam et ses frères d’armes ne sont pas des monstres mais des âmes perdues, des marionnettes, aspirées par la spirale infernale de l’Etat Islamique.

Je suis issue de la génération Y, génération YOLO, descendance sacrifiée… Génération qui se cherche, qui se construit. Parfois l’amour s’est évaporé, les racines se délitent, les identités se renferment et les espoirs s’évanouissent. De là, naît une génération ANTI. Anti-système, Anti-américanisme, antisionisme, anti-occidentaux. Chacun saura se retrouver. Les peurs fleurissent homophobe, islamophobe, xénophobe…La défiance, la méfiance s’installent. « On nous ment » . Syndrome du 11 septembre, les théories du complot nous submergent. Nous avons bâti notre réflexion, forgé nos opinions autour de cette suspicion du pouvoir. Le conflit Israélo-palestinien fracture notre génération. Le système devient ennemi. Les espoirs s’envolent. Intégration idéalisée, bafouée. Les facteurs s’additionnent, la formule s’enclenche mais n’a rien de magique. Les soldats de DAESH sont nés.

De l’autre côté de la Méditerranée, la guerre est autre. La tête de la pieuvre est là et n’a qu’à déployer ses tentacules. La machine implacable de l’Etat Islamique finit de nous diviser. Perversion des digital Natives, écueil du web, nous sommes exposés aux avis des autres : grand principe de moralité, amalgames, peur déguisée en courage. La sur-médiatisation, la quête du scoop, la course effrénée au buzz, les caméras braquées sur des cadavres encore chauds. Derrière les écrans ça se donne de l’importance à grands coups de hashtags. Restez humbles. Un peu de dignité.

Le monde est fou. S’indignant d’un côté, se gargarisant de l’autre. La menace est partout, tout près, n’importe où. Insécurité. Bienvenue dans le monde d’aujourd’hui. Paradoxalement, confortablement installés devant un écran dernière génération, on s’offusque, on se désole alors qu’à quelques kilomètres de là agonisent des exilés de guerre ?! En 2016, des milliers de gens meurent tous les jours d’actes de barbarie humaine. Trafic d’êtres humains, trafic d’organes, dictatures, guerres civiles, milices militaires, invasions djihadistes des terres africaines, coutumes culturelles… Ne fermons pas les yeux, regardons aussi ailleurs et soyons conscients.

Si je remets en cause dans ces lignes l’existence d’un quelconque Dieu, je respecte la foi religieuse et envie ses croyants. Dans sa forme la plus belle, la foi religieuse est une source d’inspiration, d’optimisme, un cocoon dans lequel se réfugier, une promesse à laquelle se raccrocher.

Sans la foi, reste à l’homme son pur instinct de survie. Parfois, la foi est plus forte que la nature même, plus forte que la vie…

Ma foi n’a rien de mystique, elle est pure et se nourrit des meilleures facettes de l’humanité. Elle n’est pas utopique simplement, elle est là…

Sous quelques formes qu’elle soit, la foi recelle en elle les parties les plus sombres de l’humanité mais la foi contient surtout l’espoir et l’amour. Un hymne à la vie qui repousse toujours le chant des corbeaux…

Lou L.